NEW YORK

23 septembre 2006

Plein de mercis

Cela fait 8 jours exactement que nous sommes rentrés et même si notre "Body Clock" ne s'en est pas encore remise, nous sommes toujours en pensée dans ce fabuleux voyage. J'ai tenu à mettre tout de suite par écrit tous ces merveilleux souvenirs , j'aurais eu trop peur d'en oublier le moindre détail.

Jean-Claude et moi tenons à vous remercier pour votre gentillesse et sans ordre alphabétique pour ne blesser personne, de gros bisous à

Mon papa
Anne-Laure et Aurélie
Cédric
Joëlle
Narcisse et Marie-Louise
Jean-Luc et Colette
Olivier
Ethel et Jean-Marie (et le petit Julien en cours de fabrication)
Nicolas qui était là le 19 décembre 2005
Francisco et Theresa

smiley_1063

Posté par Annick la Tortue à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 septembre 2006

When a dream comes true.....

Quoi de plus beau comme cadeau d'anniversaire qu'un voyage à New York ??? c'est l'idée absolument géniale qu'ont eue Anne-Laure et Aurélie pour nos 65 et 60ème anniversaire en décembre dernier. Anniversaire spécial, cadeau spécial nous ont-elles déclaré... Dès la fin de l'année, je me suis donc plongée dans l'organisation de ce voyage offert par nos deux filles, mon vieux papa et quelques amis. Mon choix s'est très vite porté sur Arts et Vie*. Cette organisme émanant de l'Education Nationale propose en effet des voyages "culturels" mais qui ne vous prennent pas la tête pour autant. Il ne faut pas avoir fait 15 ans d'études après le bac pour émettre une idée comme dans d'autres organisations où, paraît-il, il y a encore des conférences après dîner et où la bienséance veut qu'on ne parle que d'Art, sûrement pas Rugby, chiffons ou autres futilités..... Arts et Vie proposait un excellent programme et un maximum de choses à visiter dans New York en six jours, un peu de temps libre tous les jours, un excellent accompagnateur et une non moins excellente guide sur place. J'avais également choisi la semaine du 11 septembre pensant voir les Cérémonies de commémoration de cette tragédie, mais finalement à part les embouteillages et les rues bloquées, nous n'en avons rien vu !

*En cliquant sur les mots soulignés, vous accederez à des sites internet plein d'explications

Le groupe était très sympa... 24 personnes venant de toute la France mais ayant un point commun, toutes retraitées de l'Enseignement. Groupe assez homogène en âge, entre 60 et 70 ans, mais bons marcheurs (il le fallait). Comme dans tout groupe il y avait notre "râleur". Ce monsieur râlait surtout à l'heure des repas. Un déjeuner sur le pouce dans la cafétéria d'un Musée ne lui convenait pas.. Dommage car le midi nous n'avons fait que ça. Il y avait également nos deux "Very Important Persons", VIP, prononcer en Français "Vieilles Pies"....deux petites dames bridgeuses qui ne pouvaient s'empêcher de râler sur tout, d'étaler leur science et les nombreux voyages qu'elles avaient déjà faits.  Mais bon, là c'était plutôt amusant et finalement parfois intéressant.

Je ne sais pas si tous les accompagnateurs (bénévoles) d'Arts et Vie sont comme celui qui était avec nous, mais c'est le mal que je souhaite à tous les participants aux voyages de cet organisme. Jean-Jacques, Directeur d'un labo de langue à Sciences Po, conférencier, ayant voyagé un peu partout dans le monde, spécialiste de l'Amérique Latine, prévenant, attentif et attentionné, un puit de sciences mais sachant discuter de tout et de rien, bref, l'accompagnateur idéal. Sur place, Yvette... Elle aussi férue d'Art, de Peinture, d'Architecture, ayant beaucoup voyagé, connaissant New York dans ses moindres recoins, guide absolument parfaite pour un tel voyage. Des visites ponctuées d'anecdotes sur l'Amérique et les Américains, n'oubliant pas d'égratigner la famille Bush au passage. Elle parlait un Français plus que correct. L'origine... je ne saurai pas dire. Latino, sans conteste, très brune, cheveux noirs et frisés mais sans doute de nationalité Américaine, on n'a jamais pu savoir, et cela n'a d'ailleurs aucune importance. Dans les Musées : un guide Iranien au MoMa, très calé sur le concept Dada (au moins j'aurai appris quelque chose !). Une Française au MET spécialiste de l'Asie, une petite jeune sans doute franco-américaine aux Cloisters et un Libanais aux Nations-Unies. Que des bons guides parlant un français impeccable et en plus sympathiques.

L'hôtel Edison idéalement placé au centre de Manhattan sur la 47ème rue entre la 6ème et la 7ème avenue est un modèle du style Art Déco

Hotel_Edison

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Son hall magnifiquement décoré offre également une boutique, cartes postales, petits cadeaux, timbres, parapluies (très important !). Un pub (Rum Lounge avec piano bar) un restaurant, et la partie "petits déjeuners" décorée en imitation Wedgewood bleu et rose, un peu kitch mais sympa.

New_York_Septembre_2006_157 New_York_Septembre_2006_180 New_York_Septembre_2006_179

Trois vues du hall de l'hôtel "Art Déco"

Les petits déjeuners sont assez curieux. Le premier jour nous ne nous sommes pas méfiés et nous avons vu arriver sur la table trois énormes pancakes, d'au moins un cm d'épaisseur chacun, surmontés de bacon grillé et craquant à souhait, avec toasts, beurre, confiture et sirop d'érable... café et jus de fruit. Le deuxième jour nous avons essayé le breakfast américain. Déjà mieux. Omelette, bacon et pommes de terre rissolées, toujours avec toasts, beurre, etc.... Puis le petit déjeuner "européen" mais avec un croissant digne des américains, c'est-à-dire, sans plaisanter, au moins trois fois gros comme nos petits croissants français ! C'est d'ailleurs à l'occasion de ces petits déjeuners que j'ai pu constater qu'il est exact que certains Américains travaillent jusqu'à un âge très avancé. L'une des barmaids était plus près de ses 80 ans que de ses 70...

Les chambres de l'Edison sont assez disparates. Certaines personnes dans notre groupe ont des chambres magnifiques, spacieuses avec double grand lit, canapé, armoire, etc... d'autres, comme nous, moins gâtés ont des chambres absolument minuscules, bruyantes, avec vue sur les compresseurs de l'hôtel et le bruit qui va avec ! des sanitaires archaïques, une baignoire qui goutte toute la nuit, une douche fixe qui vous envoie l'eau sur la figure, bref, pas le top. Mais pour six nuits, on ne va pas en faire un fromage. De toutes façons il faut se lever de bonne heure et puis je prends des bains au lieu de douches, ça ne change pas grand chose.

drapeau_319

Débarquement difficile à JFK le 9 septembre au soir. Un avion de l'American Air Line est bloqué et entouré par les pompiers et la police. Donc nous attendons environ une heure avant de pouvoir rejoindre notre terminal. Une dizaine d'avions sont également en attente devant nous. Chacun son tour ! Enfin nous faisons connaissance avec Yvette. Cela fait près de deux heures qu'elle nous attend avec le car. Il est presque 21 heures à New York et la circulation est fluide mais le trajet me semble long. Nous passons devant Flushing Meadow où Amélie Mauresmo vient de perdre sa demi-finale. Cette partie boisée paraît bien sombre. Enfin nous arrivons dans les lumières de Manhattan et découvrons notre hôtel. Après un dîner "léger" mais les Américains n'ont pas la même notion du léger que nous, nous pouvons enfin prétendre à quelques heures de repos. Pour nous il doit être environ 6 heures du matin et la journée a été longue, mais nous sommes tous prêts pour l'aventure Américaine !!!

New_York_Septembre_2006_007

drapeau_319

Dimanche 10 septembre 2006

Il est 9 heures et tout le groupe est rassemblé dans le hall de l'hôtel, le premier "gros" petit déjeuner avalé. Cette première journée doit nous conduire à Harlem puis Central Park. Dans le car Yvette nous fait une description de ce que nous traversons, mais je suis tellement absorbée à contempler tout ce qui m'entoure que je perds la moitié de ses explications. Nous empruntons la 125ème rue, axe très animé où se trouve Apollo Theatre. Là se sont produits les Maîtres du Jazz, Billie Holiday, Duke Ellington, Count Basie, Charlie Parker, Aretha Franklin, etc... etc...

Premier arrêt à la Cathédrale St John the Divine... Quel joli nom.

New_York_Septembre_2006_158

Cette immense Cathédrale toujours en construction pourra contenir à terme plus de 3000 fidèles. C'est aussi le siège du diocèse de New York. On y donne également des spectacles de théâtre, d'art et de danse...

Puis, arrêt au Mémorial Grant.

New_York_Septembre_2006_159 New_York_Septembre_2006_160 New_York_Septembre_2006_161

Ce monument abrite le tombeau du Général Ulysse Grant et de sa femme. L'extérieur ressemble quelque peu au Panthéon et l'intérieur est une réplique du tombeau de Napoléon aux Invalides. Les bancs en mosaïque colorée qui entourent ce Mémorial ont été réalisés par des jeunes dans le cadre d'un programme éducatif afin d'éviter les tags sur les murs. Ces bancs sont restés là et font désormais partie intégrante du paysage.

Nous traversons l'Université de Columbia. C'est Dimanche, donc c'est ouvert et nous la traversons sans problème. Cette immense Université est la plus ancienne de New York. Nous voici enfin à Harlem. Avant d'aller écouter les chants Gospel, nous nous attardons dans un quartier en pleine rénovation. Harlem est devenu "propre". On n'y trouve plus de maisons murées ou très peu, tout est redevenu habitable. Ce quartier est en plein renouveau et des chaînes de grands magasins s'y installent.

New_York_Septembre_2006_163 New_York_Septembre_2006_162

A gauche, la Morris Jumel Mansion. Elegante demeure située au sommet d'une colline. On y accède par la Sylvan Terrace bordée de belles petites maisons de bois entièrement restaurées. La Morris Jumel Mansion, construite en 1765 servit de QG à George Washington.

Vers 11 heures, nous arrivons devant l'Ephesus Seventh Day Adventist Church. Je suppose que notre guide y amène des groupes toutes les semaines, mais l'accueil est vraiment très chaleureux. Les femmes sont habillées et chapeautées avec soin. Leurs chapeaux n'ont rien à envier à ceux de la Reine Elizabeth ou  Mme de Fontenay ! Malheureusement il est interdit de faire des photos. Les messieurs sont en costume cravate et les enfants portent leurs habits du dimanche.  L'office religieux débute par un chant de bienvenue. Tous les jeunes en rang d'oignon, chemisier blanc et jupe (ou pantalon...) bleu marine se dirigent vers l'estrade (ce n'est pas un autel) en chantant. Puis la cérémonie est ponctuée de petits discours en remerciement aux personnes de l'assemblée pour tel ou tel de leurs actes ou dévouement, le tout entrecoupé de chants Gospel. Nous sommes entraînés malgré nous à chanter, d'autant plus facilement que c'est comme à l'Opéra Bastille, le texte défile sur un écran géant. Ce n'est pas une vague cassette qui accompagne ces chants, mais bien un petit orchestre avec accord des instruments avant le début de l'Office. Tous les enfants participent et vont faire leur petit speech devant l'assemblée. Bon moyen pour leur apprendre à s'exprimer en public. La plus jeune des petites filles ne devait pas avoir plus de 7 ans, elle a fait son discours sans bafouiller. Petit moment d'émotion. La "Sister" demande à notre groupe de se lever et nous adresse des paroles de bienvenue. Puis toute l'assemblée se tourne vers nous les bras tendus et entonne un chant en notre honneur. Pour un peu, j'en aurais la larme à l'oeil. Vient alors le moment des sermons. On nous demande de partir, car cela risquerait d'être trop long pour des touristes. Nous sommes sur la Lenox Avenue et justement nous avons devant nous l'exemple de deux petits immeubles, l'un rénové, l'autre en attente :

New_York_Septembre_2006_164 New_York_Septembre_2006_165

Les maisons rénovées ont un petit air Londonien !

Il est midi bien tassé et nos estomacs crient faminent. Juste le temps de casser une petite croûte avant de repartir pour Central Park. Nous nous arrêtons dans une Cafétéria de Harlem et là, surprise... On prend une espèce de récipient à compartiments, on y met tout ce qui nous fait plaisir, entrée, viande, légumes, dessert, et la caissière pèse le tout. Apparemment, tout est au même prix, on mange "au poids" ! Ce n'est pas spécial à Harlem, nous avons retrouvé le même système dans les cafétérias des Musées et de Chinatown.

Quelques pas dans la rue où j'essaie de faire une photo de deux superbes dames noires en chapeau du dimanche. Dommage, elles se mettent à rire de bon coeur, mais elle refusent. J'aurais bien vu Jean-Claude entre les deux dames.... Nous reprenons notre car, direction Central Park. Là, j'avoue être un peu déçue. Je me faisais tout un monde de ce parc, et bof bof, ce n'est qu'un parc ...

New_York_Septembre_2006_167 New_York_Septembre_2006_168

Le jardin Anglais et le jardin Américain

Après Central Park au pas de course, c'est peut-être pour cela que je n'ai pas pu apprécier, nous nous arrêtons au Musée Guggenheim. Malheureusement la visite n'est pas prévue et certains dans le groupe trouvent l'entrée un peu chère. Quinze dollars.. c'est vrai. Mais on ne visite pas New York tous les jours et en ce moment ce Musée propose une exposition temporaire de l'Architecte Zaha Hadid. Bref nous continuons notre route et le car nous laisse devant le pavillon de la collection Frick. Cette fois j'ai envie de visiter l'exposition. Bien m'en prend car ce Musée contient de véritables chefs-d'oeuvre. Ce Mécène, industriel et concurrent de Carnegie, a passé sa vie à sauver des oeuvres d'art ou à retrouver celles qui avaient disparu. Il les a rassemblées dans ce pavillon de la 5ème avenue qu'il a fait constuire spécialement pour éviter que toutes ces oeuvres ne soient trop près de ses sites industriels en Pennsylvanie.

Le car nous a laissés.... donc, il faut rentrer à pieds depuis la Collection Frick jusqu'à l'hôtel. Environ 45 minutes de marche. J'avoue que la journée commence à être longue ! mais courage. La 5ème avenue est magique. J'adore tous ces immeubles avec leur auvent, et les baraques à beignets, jus de fruits et autres qui trônent à tous les coins de rue. C'est vraiment hétéroclite. D'une part le grand luxe, d'autre part les odeurs de frites et de beignets et des senteurs plus orientales. Nous passons devant les magasins prestigieux, Saks, Tiffany, le Rockfeller Center. En face du Rockfeller Center, l'Eglise St Patrick. Il y a un rassemblement de pompiers et de militaires, les cérémonies du 11 septembre commencent.

New_York_Septembre_2006_173 New_York_Septembre_2006_174 New_York_Septembre_2006_175

A gauche, la place du Rockfeller transformée en patinoire en hiver avec l'arbre de Noël derrière,
au centre, la Rockfeller Tower,
à droite la Rockfeller Plazza

En cours de route, Jean-claude achète sa nouvelle voiture

New_York_Septembre_2006_171

et postule pour un nouvel emploi

New_York_Septembre_2006_172

Nous arrivons sur Times Square. Des calèches attendent le client. Apparemment ils ne sont pas nombreux ce dimanche soir

New_York_Septembre_2006_169

Nous voici enfin "à la maison" comme dit Yvette. Le simple fait de lever la tête nous donne le tournis. Spectacle grandiose de Manhattan grouillant de monde, des tours à perte de vue, c'est gigantesque.

New_York_Septembre_2006_176 New_York_Septembre_2006_170 New_York_Septembre_2006_177

Ce soir, nous dînons "Japonais". Tant mieux, je ne connais pas, Jean-Claude n'est pas très amateur et donc ce genre de restaurant est exclu de nos sorties. Mais là, bien obligé de suivre. Personnellement, je suis ravie.

New_York_Septembre_2006_181

Le "Chef", Josette, Aline, Marie-Noelle, Jean-Jacques, Jean-Henri et Diane
(cliquez ICI pour voir d'autres photos)

Je pense qu'il n'y a rien de plus sain que ce que nous mangeons ce soir. Crevettes grillées, viande de boeuf et escalopes de poulet grillées, le tout préparé devant nous, légumes frais également grillés devant nous sans matière grasse, et en plus c'est bon. Le "Chef" s'amuse un peu, fait sauter les queues des crevettes dans sa toque juste pour le fun. Après tout, cela fait partie du spectacle !

Le spectacle... il est aussi dans la rue. Le restaurant est à une bonne vingtaine de minutes de marche de notre hôtel (encore !) et là nous découvrons Manhattan la nuit. Du monde qui grouille partout, des lumières, des sirènes, des magasins encore ouverts. La vie nocturne est aussi intense que dans la journée. J'aime... mon âme de parisienne se réveille.  Malheureusement ce soir j'ai plus envie d'aller au lit que de passer une nuit blanche ! ce sera pour la prochaine fois. Mais encore merci mes filles d'avoir eu cette idée géniale.

New_York_Septembre_2006_187 New_York_Septembre_2006_188 New_York_Septembre_2006_189

drapeau_319

Lundi 11 septembre 2006

Cinquième anniversaire de cette horrible tragédie. Je pensais voir la ville plus agitée, mais comme apparemment c'est un état permanent, on ne s'en rend pas compte ! Pour nous il y a changement de programme, car nous devions nous rendre à Ellis Island et toutes les rues sont bloquées. Donc ce sera pour demain. Aujourd'hui c'est la montée à L'Empire State Building , Chinatown et le MoMa.

Empire_State_Building

Il paraît que nous sommes chanceux..... Certaines rues sont bloquées mais Yvette connaît New York comme sa poche et nous sortons des embouteillages. Il fait un temps magnifique et nous allons pouvoir découvrir New York vu du ciel. Pas la peine de faire un tour en hélicoptère nous dit-elle, ce sera la même chose.... hum, j'en doute un peu, mais il semble que l'hélico ne l'emballe pas et elle décourage les amateurs. Trop de problèmes de sécurité en ce moment semble-t-il. Nous sommes encore chanceux, car elle nous avait annoncé au moins deux heures de queue. C'est vrai, lorsqu'on voit le labyrinthe de la file d'attente et qu'on se voit seuls dans cette grande salle, on se dit qu'on a beaucoup de chance ! Donc sans attendre, en route pour le 80ème étage par un premier ascenseur. Celui qui doit nous conduire du 80 au 86ème est en face, mais il faut faire un détour par une autre salle, juste pour se faire prendre en photo. Passage obligatoire, mais achat de la photo facultatif. Heureusement ! Et nous voilà sur la plate-forme. Quelle vue Mamma Mia !

New_York_Septembre_2006_201

La pointe de Manhattan vue du haut de l'Empire State Building
(cliquez ICI pour voir d'autres photos)

Le problème est que je n'arrive pas à me repérer et donc je tourne autour de la plate-forme pour prendre des photos sans trop savoir ce que je prends..... il aurait fallu s'arrêter aux points d'observation, mais trop de monde, pas le temps. Vous savez, c'est un peu comme les Japonais qui grimpent au sommet d'une montagne, prennent la photo et redescendent ! Pas grave, ce sera pour un prochain voyage.

A peine 10 minutes sur la plate-forme et nous redescendons. Le car nous emmène vers Chinatown via Soho et Greenwich Village. Jean-Claude et moi aurions bien aimé nous arrêter à Greenwich Village, voir le côté un peu artiste et bohême de ce coin de New York avec ses jolies petites maisons colorées. Il paraît que Greenwich s'est "embourgeoisé" et les artistes ont dû se résigner à aller vers des endroits un peu moins chers. Donc nous passons.... tout droit et arrivons à Chinatown.

New_York_Septembre_2006_206 New_York_Septembre_2006_208

Deux rues de Chinatown

Sans rire, je trouve que le 13ème arrondissement de Paris est plus typique. A Paris, seuls les noms des rues sont en Français. Ici, toutes les enseignes sont en Anglais ou Anglais et Chinois. Le car nous dépose au coin des avenues Grant et Lafayette et nous avons tout juste le temps de faire une pause dans une pizzeria. C'est un comble. Nous déjeunons rapidement "au poids" puis essayons de flâner un peu dans les rues avoisinantes. Des marchandes des quatre saisons vendent leurs fruits et légumes exotiques.

New_York_Septembre_2006_207

Au coin d'une rue nous croisons un convoi funéraire asiatique. C'est impressionnant.

New_York_Septembre_2006_205

Fleurs à profusion, grosses limousines, c'est spectaculaire. Quelques rues plus loin, nous sommes dans Little Italy. Autre ambiance, beaucoup plus colorée et plus festive. De plus les habitants de ce quartier préparent leur fête et installent déjà les terrasses. Dommage, nous serons déjà partis lorsque cette fête aura lieu. Je crois que nous y aurions fait un petit tour.

New_York_Septembre_2006_209 New_York_Septembre_2006_210 New_York_Septembre_2006_211

Quelques rues dans Little Italy

Nous rejoignons notre car, il est temps de partir. Un guide nous attend au MoMa, il ne faut surtout pas être en retard. On passe d'abord dans les galeries de peinture. Les Demoiselles d'Avignon (Picasso) sont là. Magnifique, c'est vrai. D'autres oeuvres contemporaines sont là également de Picasso, Braque ou même Cezanne ou Van Gogh (La nuit étoilée). Puis notre guide nous conduit à l'exposition temporaire qui concerne le Dadaïsme. Ce jeune homme est vraiment passionné par son Art, mais il n'arrive pas à me communiquer sa passion pour le "concept DADA". Je n'arrive pas à adhérer aux oeuvres de Marcel Duchamp et ses "Ready-made" ne me causent pas ! Mais là encore il en faut pour tous les goûts... Notre guide nous fait une conférence de plus d'une heure sur le concept DADA (oups..) puis nous quitte sur la Joconde moustachue de Duchamp. En passant il est bien content de ne pas devoir nous expliquer ou nous traduire les lettres LHOOQ que Duchamp a peintes sous le portrait. Il paraît que c'est assez difficile à faire comprendre aux non francophones ! je n'en doute pas.

New_York_Septembre_2006_213

Le jardin du MoMa qui contient quelques statues

Après cette petite visite guidée,  nous nous promenons dans les salles pour admirer les collections post-impressionistes, futuristes, art cotemporain, etc.... L'après-midi passe vite, rien de plus pénible que de piétiner dans un Musée. Au passage, je photographie quand même un piano assisté par ordinateur

New_York_Septembre_2006_212

Il est presque 5 heures et le Musée va fermer. Un petit café n'est pas de trop avant de reprendre la route !

New_York_Septembre_2006_214

Vous avez dit fatigué ?????

Non, pas question d'être fatigué.. Avant le dîner, c'est repos, cartes postales et petits emails à mes deux fifilles. Ce soir nous dînons à deux blocs de l'hôtel, au Bubba Gump.

New_York_Septembre_2006_216

Petit restaurant bien sympathique spécialisé dans les crevettes ! ça ne s'invente pas. Nous ne prenons pas de crevettes car elles ont l'air d'être cuites dans une pâte à beignet un peu lourde ! Je prends de l'"Accidental" fish. Alors pourquoi Accidental.... J'ai d'abord cru qu'il y avait une faute et que c'était Occidental, mais non. Serait-ce un mutant devenu poisson par accident ??? En tout cas c'était un poisson blanc, très bien préparé, très bon.  A New York, on ne traîne pas à table. Votre assiette à peine vide, on vous l'enlève et on vous apporte la suite, quite à ce que vous ne mangiez pas au même rythme que les autres convives. La boisson consacrée est évidemment le Coca Cola, mais on peut également commander de la bière ou du vin à prix d'or. L'eau qui, au goût, sort du robinet, vous est servie avec un cérémonial digne d'un grand vin. Le repas avalé plus que rapidement, il est encore trop tôt pour aller se coucher. Des voitures de pompiers sillonnent les rues toutes sirènes hurlantes et haut-parleurs demandant à la foule de ne pas oublier les héros du 11 septembre. Bien sûr qu'on ne les oublie pas. Jean-Jacques nous propose d'aller prendre un dernier verre au bar de l'hôtel Marriott qui possède une plate-forme tournante au 102ème étage. Comme ici on peut entrer partout sans problème et sans qu'on vous demande quoi que ce soit, nous y allons. Pas tout le groupe, mais nous sommes sept ou huit. On n'est certes pas déçu par la vue. Encore une fois il fait très beau et la nuit est claire. J'essaie de photographier la Chrysler Tower qui est encore plus belle de nuit que le jour.

New_York_Septembre_2006_217

La photo ne donne pas grand chose, mais derrière une vitre teintée et sur une plate-forme tournante, ce n'est vraiment pas facile. Alors il faut un peu d'imagination !

drapeau_319

Mardi 12 septembre 2006

C'est la journée du souvenir et des émotions. Nous passons quasiment notre journée sur l'eau. Rassemblement vers 8h15 pour essayer de prendre le premier bateau pour Ellis Island. En sortant de l'hôtel, nous voyons déjà de l'animation sur le balcon de l'immeuble d'en face. Je crois que c'est pour la télé, en tout cas, c'est amusant.

New_York_Septembre_2006_001

Nous traversons TRIBECA, ancien quartier d'entrepots transformés en Lofts par des sportifs (Yannick Noah par exemple) des artistes ou des maisons de production (Robert de Niro). C'est une façon de restaurer les bâtiments sans les démolir. Nous arrivons à Battery Park pour le premier bateau. Premier arrêt à la Statue de la Liberté.

New_York_Septembre_2006_017

(cliquez ICI pour voir d'autres photos)

Pour des raisons de sécurité nous n'avons plus le droit d'y monter. Donc nous restons dans le bateau et repartons vers Ellis Island.

New_York_Septembre_2006_019

Arrivée à Ellis Island comme les Immigrants d'autrefois

L'imagination vagabonde et la pensée que tant d'Immigrants ont foulé ce quai nous emplit d'émotion. Le quai est assez long et nous nous imaginons aisément tous ces hommes et ces femmes tremblant de peur se dirigeant vers l'entrée de l'Immigration.

New_York_Septembre_2006_031

Entrée du Musée de l'Immigration
(cliquez ICI pour voir d'autres photos)

Il fallait paraît-il faire la queue pendant des heures et des heures pour atteindre l'entrée du bâtiment. La salle d'accueil est immense. Hommes, femmes et enfants étaient séparés. Là, ils attendaient encore et encore avant de monter dans une immense salle où un inspecteur leur posait des questions. Puis, ils étaient soumis à un examen médical peu agréable pour détecter les maladies des yeux, soigner les enfants qui souvent voyageaient dans de mauvaises conditions et surtout les maladies mentales. Les salles du Musées retracent assez bien tout ce que ces gens avaient à subir. On y voit les instruments médicaux, la "cantine", les salles d'interrogatoire et un tas de photos très explicites. Les immigrants n'étaient cependant pas maltraités, au contraire, pris en charge, soignés, lavés, nourris... Une petite Polonaise déclare un jour que c'est la première fois qu'elle mange un fruit... Seulement 2% des immigrants étaient rejetés. 2% de trop me direz-vous. Après toutes ces épreuves, il fallait qu'un membre de la famille ou autre relation proche vienne les chercher et les prenne en charge. Là seulement ils pouvaient entrevoir leur rêve américain et devenir des Immigrés. New York est encore une ville d'immigration. 161 ethnies s'y cotoient. On parle 60 langues et 38 % des New Yorkais parlent Espagnol. Dans le hall d'accueil il y a un ordinateur et nous cherchons si quelque membre de notre famille s'est installé aux Etats-Unis autrefois. Jean-Claude ne manque pas d'ancêtres Américains ! Pour moi c'est plus restreint. Du côté de mon père, rien du tout. Ils sont restés chez eux. Du côté de maman, avec un nom comme Body, il y en a quelques-uns bien sûr.

Il est temps de reprendre le bateau. En débarquant à Battery Park, nous passons devant la sphère de Fritz Koenig.

New_York_Septembre_2006_034 New_York_Septembre_2006_035

Cette sphère était devant les Twin Towers et miraculeusement épargnée, elle a été transportée ici. Justement, le car nous conduit à Ground Zero. Nous sommes le 12 septembre et les grilles du chantier que l'on voit à peine sont remplies de fleurs, de photos et de témoignages de toute sorte.

New_York_Septembre_2006_042

(Cliquez ICI pour voir plus de photos)

C'est très émouvant. Il paraît que nous serons les derniers à voir le chantier tel qu'il est car la reconstruction de bâtiments va bientôt commencer. Yvette ne nous a pas trop expliqué quoi, car les projets changent souvent. Donc pour l'instant il y en a un, mais dans trois mois il y en aura peut-être un autre... et c'est comme ça depuis 5 ans. Au bord de Ground Zero, une grande tour est empaquetée de noir. C'est une banque Allemande qui a beaucoup souffert du feu lors de l'attentat. Elle est inexploitable et le gouvernement ne veut pas financer sa rénovation. Elle est donc en attente de démolition, mais pour éviter tout risque de pollution, elle est quasiment emmaillotée. Cela ressemble à un énorme catafalque noir, ce n'est pas pour nous remonter le moral.

Nous nous dirigeons maintenant vers le Fulton Fish Market, le plus grand marché au poisson de New York. Nous nous arrêtons pour déjeuner dans une sorte de Mall qui ressemble à une proue de navire. Nous sommes au bord du quai des Bateaux de Légende où se trouve le "Peking", plus grand voilier du monde. J'en profite pour photographier Brooklyn Bridge que nous traverserons à pied tout à l'heure.

New_York_Septembre_2006_056 New_York_Septembre_2006_044

Nous réembarquons, cette fois à bord d'un bateau-mouche qui fait le tour de Manhattan en empruntant l'Hudson River puis l'East River. Ce bateau a un guide particulier qui parle l'anglais bien sûr. Yvette n'a pas le droit de nous donner d'explications. Donc, une mauvaise sono, un guide Américain plus le bruit du bateau, nous avons fait une belle balade de plus d'une heure, mais ne sommes pas plus avancés sur les tours que nous voyons.... Un bon coup de soleil sur le nez et un petit roupillon, le bonheur total ! Je peux quand même dire que nous avons longé le quartier financier, Lower Manhattan et Lower East Side avec toutes les tours du Wall Trade Center, la tour Woolworth, etc...

New_York_Septembre_2006_051

(cliquez ICI pour voir plus de photos)

Nous débarquons puis reprenons notre route le long des quais. A notre gauche, les abattoirs. Il paraît que la nuit, ces abattoirs (Meat Market) se transforment en boîte de nuit où la jeunesse dorée de New York vient terminer ses soirées. Il est de bon ton de dire que l'on vient se retrouver au Meat Market. A droite, certains entrepots sont transformés en salles de sport et particulièrement de basket. Nous passons dans Wall Street. Les rues sont très étroites car en fait, les tours ont été construites au bord des rues de l'ancien village sans aucun plan de modification pour la construction de ces nouvelles tours. C'est assez spectaculaire de les voir alignées au bord de rues si étroites. Wall Street délimite la partie ancienne de New York de celle qui a été gagnée sur l'eau. C'est un peu comme à Monaco ! Nous nous arrêtons sur la terrasse du River Café. Beau point de vue. Là, une jeune mariée chinoise arrive dans sa limousine blanche avec son fiancé et sans doute sa soeur. A New York, la tradition veut qu'une mariée chinoise parcourt le plus possible de quartiers et se fasse photographier dans tous les coins de New York juste avant le mariage. Sa petite soeur, robe longue de soirée et baskets aux pieds a l'air complètement épuisée !

New_York_Septembre_2006_073

Epuisés ??? nous le sommes aussi... et pourtant ce qui nous attend n'est pas triste ! Le car nous dépose de l'autre côté du Pont de Brooklyn. Pour ce faire il emprunte le pont parallèle de Manhattan, car le pont de Brooklyn est interdit aux poids lourds. Nous voici donc au bout du pont de Brooklyn, et maintenant il faut le traverser à pied. Environ un kilomètre, ce n'est pas très long, mais nous en avons déjà quelques-uns dans les jambes. Bon, allez, courage. A l'autre bout du pont nous prendrons le métro pour rentrer.

New_York_Septembre_2006_058

Le métro... Autre expérience amusante. Il ne semble pas très pratique. Quelques lignes parallèles, peu de transversales. Des noms de stations qui commencent par les noms de rue et qui finissent avec des numéros selon l'endroit de New York où l'on se trouve (comme les rues d'ailleurs). On vend les tickets à l'unité, ou pour deux, ou pour trois. Jean-Claude en achète un pour trois, à passer en principe trois fois. Au bout de la deuxième, le portillon ne s'ouvre plus ! heureusement la porte de service est ouverte. On descend à la 42ème rue (nous habitons à la 47ème), mais en descendant en queue, on se retrouve au moins à la 44 ou 45ème rue. Tout un art de prendre le métro !

Et comme si nous n'avions pas assez marché pour aujourd'hui, nous voilà repartis avec Jean-Jacques pour voir la "Restaurant Row". C'est une petite rue proche de l'hôtel, uniquement avec des restaurants de toute nationalité. La fille du Président Poutine possède elle aussi son restaurant dans cette rue. Les prix qu'elle pratique sont à la hauteur de son rang (si l'on peut dire...). Donc, restaurants français, italiens, russes, chinois, indiens, vietnamiens, c'est la cuisine du monde rassemblée en une seule rue. Mais pour nous ce soir, ce sera Stardust. Le menu est toujours à peu près le même. Salade pour entrée, poisson ou viande, excellente d'après Jean-Claude et Crème glacée à la vanille. La particularité de ce restaurant est que les serveurs sont aussi chanteurs ! Décors Elvis et variétés qui vont avec. Le spectacle n'est pas désagréable, un peu bruyant, mais de toutes façons, New York est une ville bruyante. Alors un peu plus un peu moins, au bout de quelques jours, on est habitué.

New_York_Septembre_2006_074 New_York_Septembre_2006_075

New_York_Septembre_2006_077 New_York_Septembre_2006_078 New_York_Septembre_2006_079

drapeau_319

Mercredi 13 septembre 2006

Cette journée sera entièrement consacrée à l'Art. Départ à 9 heures pour visiter le MET le matin et les Cloîtres l'après-midi. Sur la 5ème avenue, nous passons devant l'immeuble où habitait Jacky Kennedy, puis devant le Dakota. Cet immeuble fut le premier immeuble d'habitations collectif de New York. Y habitaient des personnes ne voulant plus habiter dans des hôtels particuliers, préférant plutôt se loger en appartement avec tout le confort possible et imaginable pour l'époque. Les New Yorkais l'appelait le Dakota car il était éloigné de tout, construit quasiment dans les champs, et ils le comparaient à l'Etat du Dakota qui à l'époque était le plus éloigné des Etats-Unis. A l'heure actuelle c'est l'Alaska... Mais cet immeuble ne doit pas sa célébrité uniquement à cela. C'est devant sa porte, sur le trottoir, que fut assassiné John Lenon, et de nombreux artistes y habitèrent et y habitent encore.

New_York_Septembre_2006_081 New_York_Septembre_2006_080

Nous arrivons enfin au MET

New_York_Septembre_2006_082

(il y a plein de photos ICI !)

Je dois dire que c'est le Musée qui m'a le plus impressionnée. Tout y est bien présenté, lumière douce, beaucoup d'espace et des collections vraiment très riches. La première partie de notre visite est guidée. Notre guide est française et apparemment spécialisée dans l'Art Asiatique. Nous passons donc d'une fresque Chinoise à la reconstitution d'une maison Japonaise et à un jardin Chinois. C'est très agréable. Elle nous montre "quand même" quelques tableaux "d'anciens Maîtres" nous dit-elle puis nous quitte dans la salle Médiévale puisque cet après-midi nous irons visiter les cloîtres. Personnellement, je pense que ça n'a rien à voir. Mais bon, on ne peut pas tout faire. Yvette nous emmène sur la terrasse où un artiste Chinois expose temporairement, puis j'ai envie d'aller voir la salle des Instruments de Musique. Il y en a des centaines... Mais ce qui m'intéresse ce sont surtout les magnifiques PianoForte qui sont exposés. Difficile de les prendre en photo car ils sont pratiquement dans le noir et le flash est interdit. Nous visitons ensuite la salle des armures, quelques salles de peintures (il y a des Monet à profusion), puis l'Aile Egyptienne. Il y a beaucoup beaucoup de choses. Et il paraît que seul 1 % des collections est exposé. Cela fait très longtemps que je ne suis pas allée au Louvre, je ne peux donc pas faire de comparaison. Mais... j'ai l'impression que nous avons peut-être moins d'objets, mais plus de pièces maîtresses. A voir....

L'après-midi, nous visitons les "Cloisters". Belle promenade en vérité. Il fait beau et nous sommes au milieu de Fort Tyron Park. On pourrait penser qu'on est très loin de New York tant le paysage est paisible et calme. Rien à voir avec New York la bouillonnante.

New_York_Septembre_2006_105 New_York_Septembre_2006_106 New_York_Septembre_2006_110

(quelques photos de plus ICI)

Par contre, la visite est assez décevante. Trois cloîtres entièrement reconstitués à partir de pierres trouvées dans le sud de la France et en Espagne, de même pour les oeuvres. Des gisants.... on se demande bien ce qu'ils font là les pauvres. La guide nous explique sommairement ce qu'est un cloître et comment ça fonctionne, salle capitulaire, etc... mais sans avoir une culture générale très approfondie, je peux dire que c'est une visite qui ne nous apprend rien (en tout cas à nous Français). Si nous voulons visiter des cloîtres et voir des gisants, en France on n'en manque pas. Mais bon, il fait beau, le paysage est reposant, alors pourquoi pas....

Pour une fois le car nous ramène à l'hôtel. Fort Tyron est assez loin et il y a sans doute peu de possibilité de rentrer par nos propres moyens. Il n'est pas trop tard et un petit groupe erre l'âme en peine dans le hall de l'hôtel. Alors Jean-Jacques nous propose d'aller voir l'hôtel Paramount redécoré par Philippe Starck. C'est une petite merveille. New York a ceci de particulier, on peut entrer dans tous les immeubles, tous les halls des tours sans que personne ne vous demande rien. Donc, on ne s'en prive pas. Le Paramount restauré est un modèle. Des roses rouges fraîches, remplacées tous les jours sont piquées dans le mur de la façade. Derrière, il y a paraît-il des petits vases. Elles sont enlevées tous les soirs à 22 heures, donc si on veut un bouquet gratuit, il suffit de se présenter à cette heure là ! Le hall est superbe. Sièges Starck tous différents. Nous nous promenons dans le bar (sans consommer, c'est permis), allons visiter les toilettes... elles sont superbes. Un escalier légèrement incurvé avec trois rangées de lumières implantées dans le sol, c'est magnifique.  Malheureusement mon appareil ayant trop travaillé au MET, je n'ai plus de batterie et je reviens sans photos.. c'est toujours comme ça.

Ce soir, on mange Italien. Aux Trois Venise... pourquoi Trois et pas quatre ou deux ou cinq, ça, l'histoire ne le dit pas. Petit restaurant sympa où les serveurs essaient de parler Français. Pâtes ou poisson, on ne risque pas grand chose. D'ailleurs, c'est très bon. Puis arrive le moment des desserts. Moi la gourmande, je commande une crème glacée au chocolat (ça change de l'éternelle vanille !). Le serveur annonce en Français "fromage, fromage". Alors mes compagnons de table, Jean-Claude en tête, croyant se délecter d'un bon camembert ou d'un roquefort bien moisi se jettent dessus. Oups... que ne voient-ils pas arriver ! Une énorme part de gâteau ressemblant un peu au quatre quart surmonté de crème chantilly. En fait c'est un Cheese Cake. Voilà où est le fromage.....

Il n'est pas très tard, mais au soir du quatrième jour la fatigue commence à se faire sentir. Jean-Jacques nous propose une soirée Jazz dans une boîte non loin de là. $40 par personne, ce n'est pas trop trop cher, mais je suis vraiment épuisée. Je sais que c'est dommage de rater ça. Je propose à Jean-Claude d'y aller seul, mais apparemment il est aussi fatigué que moi, ainsi que tout le groupe d'ailleurs, puisque tout le monde rentre gentiment à l'hôtel. Demain c'est la dernière journée, il ne s'agit pas de tout gâcher.

drapeau_319

Jeudi 14 septembre 2006

Et nous voici déjà le dernier jour de notre visite. En principe c'est une journée libre consacrée plus ou moins aux achats de dernière minute. En fait Jean-Jacques nous propose un programme plutôt alléchant. Promenade sur la 42ème rue, Visite des Nations Unies et retour par la 49ème. C'est un peu ambitieux, mais allez, ce n'est pas le moment de flancher. Le problème, car il y en a toujours un... il pleut, it's pouring, it rains cats and dogs, bref en bon français bien de chez nous, il pleut des cordes. La preuve :

New_York_Septembre_2006_120

La pauvre Tour Chrysler est dans le brouillard et les parapluies sont de sortie. Heureusement, la petite boutique de l'hôtel en vend. C'est bien bête d'acheter un parapluie le dernier jour. On en achète même deux... pas de jaloux ! Mais c'était ça ou être trempés jusqu'aux os.

Nous voilà donc partis dans la 42ème rue. On entre dans le hall de la Tour Philip Morris qui expose quelques objets du Musée Whitney. C'est une coutume que les grandes entreprises jouent les Mécènes et exposent quelques objets d'art dans leurs tours. Malheureusement il est trop tôt et ce pseudo musée n'est pas encore ouvert. La même chose pour la grande bibliothèque de New York. C'est dommage, car la salle de lecture est paraît-il superbe. Ce sera pour la prochaine fois ! Merveille des merveilles, on finit par entrer dans la Tour Chrysler. C'est rutilant, je ne trouve pas d'autres mots. Tout est impeccable, et pourtant il pleut....La photo du milieu représente les portes des ascenseurs. Imaginez le reste. Tout est luxe dans les moindres détails, même la boîte aux lettres. (Les employés ont-ils un salaire aussi luxueux que leur tour ? c'est une autre histoire...).

New_York_Septembre_2006_131 New_York_Septembre_2006_132 New_York_Septembre_2006_133

Et voici la Gare centrale. Elle n'est pas mal non plus. On parle souvent du métro de Moscou, mais la Gare Centrale de New York est également un petit luxe.

New_York_Septembre_2006_128 New_York_Septembre_2006_127

Façade de la Gare Centrale surmontée de Mercure,
adossée à la tour du MetLife, anciennement la Panam

New_York_Septembre_2006_121 New_York_Septembre_2006_125

New_York_Septembre_2006_122 New_York_Septembre_2006_124

Marbres, lustres et horloge en bronze. Quelques vues de l'intérieur de la Gare

Nous reprenons notre route sous la pluie. Singing in the Rain, vous connaissez, c'est nous. On s'en serait bien passé ! Si on se met à faire des claquettes, on va tout arroser. En passant, JE NE M'ARRETE PAS devant la Delicatessen.....Je la prends seulement en photo

New_York_Septembre_2006_126

Je n'ai aucune idée du goût de ces énormes gâteaux, on n'a pas testé !

Et toujours singing in the rain, nous continuons notre route vers le journal "The News" et son célèbre globe

New_York_Septembre_2006_134

Il est sans doute célèbre, mais j'avoue humblement qu'avant de le découvrir ici, je n'en avais jamais entendu parler. Il a été utilisé pour tourner le film Superman... Super ! Un peu plus loin, on s'arrête devant un immeuble "Iron Cast" décoré Art Déco. C'est d'ailleurs très curieux car les Américains ne font pas la différence entre Art Nouveau et Art Déco. Pour eux, tout est Art Déco. Ma foi... pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ! (ce n'est pas une constatation de ma part, c'est Yvette qui nous l'a dit).

New_York_Septembre_2006_129

Nous arrivons enfin au siège des Nations Unies. Comme il pleut, les drapeaux sont en berne. En effet, lorsque le temps est mauvais, par respect pour les autres Nations, on ne hisse pas les drapeaux. Seul le drapeau des Nations Unies est hissé. Difficile de prendre les bâtiments en photo sous la pluie battante. D'autre part, je n'ai pas l'intention de faire un cours d'histoire, ce n'est pas l'objet de ce petit récit. Si cela vous intéresse, voici le site internet des Nations Unies et vous trouverez les quelques photos que j'ai faites à l'intérieur et que je commente sommairement. Je n'ai pu photographier qu'une seule salle sur les trois, les autres étaient occupées par des "sessions". Par contre, nous avons quand même pu entrer discrètement dans ces salles et écouter quelques minutes. Si j'avais eu des yeux de lynx, j'aurais pu reconnaître Kofi Annan, Elie Wiesel et George Clooney. Je pense cependant que, tout comme Ellis Island, c'est un passage "obligé" lorsqu'on visite New York. Et surtout il est nécessaire de suivre une visite guidée pour pouvoir entrer dans les salles de Conférence. Autrement, on a tout juste droit au Hall d'entrée. C'est dommage.

La visite guidée terminée, nous faisons un petit tour dans les boutiques. Au milieu des Green Ladies et des Twin Towers en faux cristal, je dégote un petit grigri Indien qui me plait bien.

grigri_indien

C'est un "Attrapeur de Rêve". Il faut le pendre à la fenêtre ou au-dessus du lit. Les mauvais rêves se prennent dans la toile et les bons rêves passent à travers le trou qui est au centre ? (pas vraiment vu de trou), se posent sur les plumes comme des gouttelettes et s'évaporent vers le "Grand Esprit" dans le soleil du matin. N'est-ce pas poétique tout ça ? Deux grigris achetés pour que mes demoiselles fassent de beaux rêves, et nous reprenons notre route. Il pleut toujours autant.. autrement dit c'est parti pour la journée.

Prochaine étape proposée par Jean-Jacques, le Waldorf Astoria. C'est le plus grand hôtel de New York, le plus célèbre, celui qui a reçu le plus de "Very Important Persons". Si vous avez le temps, regardez le site internet et notamment les petites vidéos, cela fait rêver.....Nous, nous nous contentons du rez-de-chaussée, ce qui n'est déjà pas mal. Je me demande si à Paris on nous laisserait entrer au Ritz ou au George V, je ne parle même pas du Crillon. Ici on regarde, on photographie, on s'assoit, personne ne vous dit rien. Au contraire, on vous dit bonjour, au revoir, merci de votre visite, je n'en reviens pas.

New_York_Septembre_2006_150 New_York_Septembre_2006_151 New_York_Septembre_2006_154

La façade du Waldorf, puis Jean-Claude devant la grande Horloge

Yvette nous avait dit d'aller aux toilettes !! c'est vrai que j'en ai rarement vu d'aussi belles dans un hôtel. Du moins chez les dames, petit salon particulier avec cheminée, canapé et fauteuils Art Déco, toilettes et lavabo en marbre rose. Bon, je ne vais pas y passer la nuit, mais fichtre qu'elles sont belles !

Retour à l'hôtel vers 16h30, juste le temps de se bichonner un peu, car ce soir c'est la grande sortie ! Nous dînons vers 18h dans un restaurant "Américain", c'est vrai, tout ce qu'il y a de plus Américain. Puis direction le Cadillac Winter Garden Theatre pour y voir Mamma Mia ! Mamma Mia que je n'aime pas ça...C'est vrai j'aurai vu une comédie musicale à Broadway, mais franchement Mamma Mia, c'est pas mon truc. Heureusement que je comprends à peu près ce qu'on raconte, mais les personnes qui ne parlaient pas anglais dans notre groupe se sont royalement ennuyées. Elles n'ont même pas pu dormir, ça faisait tellement de bruit ! Et pourtant j'aime bien certaines chansons du groupe ABBA, mais à petite dose. Bon, c'est pas grave, cela faisait partie de la visite.

C'est la dernière soirée. Une chance, la pluie a cessé et nous traînons encore un peu dans les rues de Manhattan. Au passage nous rencontrons trois étranges personnages.

New_York_Septembre_2006_119

Pour une fois j'accepte que Jean-Claude me prenne en photo à côté de Josette. Je n'aime pas être prise en photo. Puis sur notre chemin, une autre rencontre bien sympathique.

New_York_Septembre_2006_116 New_York_Septembre_2006_117

Et nous profitons une dernière fois des lumières de Manhattan car demain à cette heure-ci nous serons dans l'avion.

drapeau_319

Et voilà, Vendredi 15 septembre 2006, fin de notre escapade New Yorkaise. Les valises sont bouclées et entreposées dans une chambre jusqu'à notre départ. Je décide d'aller faire quelques dernières petites courses. Nous devrons prendre le car vers 15 heures, nous avons donc toute la matinée de libre. J'ai envie d'aller faire un tour chez Saks. Je cherche un petit sac à main. Aie... je ne me suis pas bien rendu compte de ce qu'était Saks ! Je m'imaginais un magasin comme le Printemps ou les Galeries Lafayette avec toute une gamme de prix. Et bien non, imaginez Dior, Lanvin, Hugo Boss, Yves St Laurent, et je ne vais pas citer toutes les marques de luxe, réunis dans un seul magasin. Dix étages de vêtements,  accessoires de luxe et produits de beauté qui vont avec. Le moindre jean coûte de $220 à $280. A moins de $1000 vous ne trouverez aucun sac à main. Les robes du soir sont magnifiques, leurs prix aussi. On fait une visite complète puis je préfère m'arrêter dans un magasin un peu plus jeune, "Strawberry". Là,  je trouve à peu près ce que je veux, c'est le principal. On entre dans le Rockfeller Center, juste pour attendre que la pluie veuille bien diminuer un peu. Entre deux averses, on cherche de quoi déjeuner un peu avant de prendre la route. Et là, on tombe par hasard sur une sorte de cantine. C'est un peu ordinaire mais assez sympa, car on y trouve les Américains "moyens" qui viennent déjeuner pendant leur pause de midi. Nous sommes passés du grand luxe à la gargotte !

Quinze heures. Tout le monde est prêt. Le car démarre et prend l'autoroute direction JFK AirPort. Il pleut tellement, tout est bouché. Au bout de deux heures, Yvette demande au car de sortir de l'autoroute. Nous passons par le Queens et nous pouvons voir enfin des habitations autres que des tours. Ce sont des petites maisons style Victorien, petits jardins, on ne se croirait plus à New York. Et pourtant nous y sommes encore. Enfin vers 18 h Nous arrivons à l'aéroport. Sécurité, embarquement.... j'ai perdu ma carte verte de débarquement. Il paraît que si je reviens aux USA, je peux avoir des ennuis. On verra bien. Embarquement comme prévu à 19h25, mais les conditions atmosphériques sont telles que nous ne pouvons pas décoller. Nous tournons en rond pendant près de trois heures et vers 23 h 30 nous décollons enfin (Le pilote rattrapera 1h30 de son retard pendant le vol...).

Au revoir New York, bonjour Paris

drapeau_319

Posté par Annick la Tortue à 11:01 - Commentaires [5] - Permalien [#]